La pépite verte grecque : la pistache d’Egine et ses bienfaits

La pistache grecque de l'île d'Egine festival de la pistache à Egine

Si vous avez eu l’occasion de flâner à Egine et de participer à son festival annuel (le célèbre fistiki-fest qui a lieu  chaque année autour du 20 septembre), vous avez sûrement  goûté sa pistache. Car, en effet, c’est LE produit star de l’île.

Cette pistache jouit d’une réputation d’excellence. Elle bénéficie d’une appellation d’origine contrôlée depuis 1994. La contrepartie : c’est aussi l’une des plus chères !

La Grèce est le sixième producteur mondial de cette pépite verte avec 9.000 tonnes par an.

 

La pistache au fil du temps

Le pistachier existe depuis la fin de l’âge de pierre, environ 7.000 ans avant Jésus-Christ. Originaire de l’Asie centrale, plus particulièrement des parties désertiques de cette région qui bénéficient d’un long été chaud pour mûrir ses fruits et d’une période annuelle de froid pour induire la floraison.

Les Romains l’auraient introduit en Europe au premier siècle de notre ère. Le nom « Pistache » est apparu au XIIIème siècle. Il vient du latin pistacium qui l’a emprunté au grec pistakios qui, de son côté, l’avait emprunté au perse pistah, qui signifie « noix ».

Les premières cultures sur l’île d’Egine datent de la fin du 19ème siècle. Quelques Eginiotes osèrent abandonner leur cultures traditionnelles pour planter des arbres.
Dans les années 1950-1960, les paysans arrachèrent leurs pieds de vigne décimés par le phylloxéra. Ils en remplacèrent une grande partie par des pistachiers. En 1975, une branche spéciale de la coopérative agricole fut créée pour les pistachiers.

L’arbre n’est aujourd’hui cultivé que dans 18 pays, les principaux étant l’Iran, les Etats-Unis (essentiellement en Californie), la Syrie, la Turquie, la Chine, la Grèce, l’Afghanistan, l’Italie, l’Ouzbékistan et la Tunisie.

 

La récolte de la pistache

Les arbres sont dioïques. Les fleurs mâles et femelles se trouvent sur des pieds différents. Dans les arbres, les grappes jaunes et roses arrivent à maturité fin août. C’est alors l’heure de secouer les branches pour faire tomber le fruit dans des bâches.

La récolte  se fait vers la fin de l’été ou au début de l’automne, car les coques qui couvrent la coquille s’ouvrent et se détachent de la pistache qui prend alors une couleur rougeâtre. Les pistaches sont triées mécaniquement, plongées dans un mélange de sel et de citron (une tasse de jus + une tasse de sel pour 15 kg), puis séchées et souvent torréfiées avant d’être conditionnées.

La pistache grecque d'Egine

 

Bien choisir ses pistaches

La chair des pistaches doit être d’un beau vert frais. cette couleur indique que les pistaches n’ont pas été rôties à des températures trop élevées, ce qui nuit à leur saveur.  Elles sont vendues crues, cuites, natures ou salées, décortiquées ou non. Consommées en snack ou en met culinaire, dans les tajines, les salades, les farces de volaille ou de légumes, les charcuteries, les sauces, les glaces, les pâtisseries comme les célèbres baklavas.  

 

Les bienfaits de la pistache

Comme plusieurs fruits à écale (pistache, amande…) et oléagineux (pacane, noix….), la pistache contient des protéines (26%) et des acides gras insaturés, essentiellement des mono-insaturés, qui jouent sur la diminution du  «mauvais» cholestérol. Ils ont aussi des effets protecteurs contre les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’hypertension et le déclin cognitif.   Elle contient également des vitamines et des minéraux, des fibres, des phytostérols et des antioxydants (des anthocyanines, de la vitamine E, de la lutéine, de la zéaxanthine et du resvératrol, reconnues pour leurs multiples propriétés positives pour la santé anti-radicalaire, anticancer, anti-inflammatoire).

La pistache contient en outre beaucoup de cuivre, nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène dans l’organisme, ainsi qu’à la défense du corps contre les radicaux libres.
Elle apporte aussi une bonne quantité de vitamine B6 et du fer. La pistache participe donc au bon fonctionnement du système immunitaire.
Elle est également source de vitamine B1, nécessaire à la production d’énergie et de phosphore, essentiel pour les os et les dents.

La pistache contient du manganèse facilitant une douzaine de différents processus métaboliques et de la vitamine K nécessaire à la fabrication de protéines qui participent à la coagulation du sang. mais ce n’est pas tout ! Elle contient également du magnésium, du potassium et du zinc. Riche en fibres alimentaires, elle  permet de prévenir la constipation. Et aussi de diminuer le risque de cancer du côlon.

Enfin, grâce à tous ses composés actifs, la pistache peut contribuer à une bonne santé.

 

A consommer avec modération pour éviter les problèmes de poids

Cet article a été écrit par Dina Sintzanaki-Déprés

2 Commentaire
Laisser un commentaire