Keramikos : un cimetière mais aussi l’entrée de la cité antique d’Athènes

Cimetière de Keramikos
© Sophie B. Cimetière de Keramikos

Sur le papier, Keramikos est  le site archéologique d’un ancien cimetière… à première vue donc pas enthousiasmant de circuler à travers les tombes, tout antiques soient elles.

Néanmoins, on découvre avec surprise bien d’autres réalités derrière cette sommaire description. En effet, le site contient certes le cimetière mais également tout un quartier qui se situait à l’entrée des portes d’Athènes.

 

Le quartier des potiers

Keramikos  était avant tout le quartier des potiers, desquels il tire son nom (Keramikos signifiant céramiques). Ils s’étaient installés là pour trois raisons :

  • la proximité de la ville sacrée qui permettait de vendre les poteries aux citoyens athéniens
  • Le passage du cours d’eau Iridanos et de l’argile utiles à leur artisanat
  • L’emplacement stratégique au carrefour de la route du Pirée et d’ Eulesis (Elefsina).

 

La voie sacrée Athènes
© Sophie B.
La voie sacrée Athènes

Keramikos, un lieu de vie

L’entrée d’Athènes se faisait par la voie sacrée. Le Dypilon (signifiant 2 piliers) marquait l’entrée dans la ville. Il était situé devant un grand bâtiment, le Pompeion, qui servait notamment à  préparer les fêtes des Panathénées. C’était donc un lieu de passage et de vie.

Seules les explications d’un guide vous aideront à comprendre véritablement cet endroit. Sinon, vous risquez de passer à côté des vieilles pierres sans vraiment en comprendre la signification, et ce malgré les panneaux explicatifs.

 

 Cimetière de Keramikos Athènes
© Sophie B.
Cimetière de Keramikos

Le cimetière, une belle leçon d’histoire

Le cimetière est, quant à lui, mieux conservé même si un grand nombre de stèles ne sont en réalité que des copies. Les originaux sont conservés au musée archéologique ou sur place dans le petit musée du site de Keramikos.

L’endroit est joliment arboré et en le parcourant on découvre la succession des époques. Les premières stèles datent du 7ème siècle avant JC. On y apprend beaucoup sur la vie des gens et de leur famille : les traditions, les habits, les occupations mais aussi les relations aux personnes et leur perception de la mort.

Au 4ème siècle avant JC, une loi fut promulguée pour unifier les stèles : une simple inscription sur une colonne identifiant le mort. Cet édit marque la fin des stèles fastueuses et donne la possibilité aux plus modestes d’accéder au cimetière. Belle illustration de la démocratie qui prendra fin 100 ans plus tard avec l’époque romaine et l’arrivée des tombeaux.

 

Keramikos Musée Athènes
© Sophie B.
Musée du site de Keramikos

Le petit musée de Keramikos

Le musée, certes petit, est très agréable à visiter. En effet, il présente de belles pièces issues du cimetière. Vous serez certainement impressionnés par les statues inspirées de l’Egypte, un tracé pur et simple. La grande collection de céramiques trouvées sur les lieux et présentées par ordre chronologique, vous permet également de parcourir les siècles et l’art antique.

 

Keramikos en bref….

Ce que j’ aime :

  • La diversité du site
  • Le petit musée à taille humaine
  • La statue du “lion qui sourit”
  • Le petit prix d’entrée

Mes mises en garde :

  • Attention à la chaleur du site en plein été car il est peu ombragé
  • Il faut de l’imagination pour arriver à se représenter ce quartier à partir de simples ruines au sol

Bonne visite !

 

Sophie B.   

 

 

Laisser un commentaire