Être enceinte à Athènes

Etre enceinte Athenes

Vous attendez un heureux événement ? Félicitations !

Il n’est pas forcément facile de vivre sa grossesse et d’accoucher dans un pays qui n’est pas le sien. Alors, nous avons glané pour vous des informations auprès de nos amies qui ont vécu une grossesse à Athènes. Voici donc quelques retours d’expérience sur le suivi de grossesse, l’accouchement et les premiers jours avec bébé.

 

Choisir une maternité à Athènes

D’une façon générale, la majorité des médecins Grecs (que ce soit dans le système public ou privé) sont bien formés. Nombre d’entre eux ont d’ailleurs reçu une formation complémentaire ou vécu une expérience à l’étranger. Donc pas d’inquiétude sur le niveau de compétence des médecins grecs.  

En revanche, le système public de « sécurité sociale » grec est en grande difficulté et les hôpitaux publics se retrouvent avec d’énormes problèmes financiers. Certains d’entre eux ont même du mal à financer les dépenses courantes de frais de nettoyage, petits matériels (coton, seringues, etc.), les heures supplémentaires des médecins, etc. Dans certains hôpitaux publics, les patients se retrouvent dans des chambres vieillottes et doivent parfois payer les fournitures élémentaires. Cela explique qu’une grande partie des femmes « expatriées » ou plus aisées financièrement choisissent des gynécologues et hôpitaux privés. A Athènes (enfin Maroussi pour être précis), les plus connus sont IASO et Mitera. Ces deux hôpitaux jouissent d’une bonne réputation… mais attention à la facture.

Et si vous cherchez un gynécologue ou obstétricien francophone à Athènes, consultez la liste des médecins francophones sur le site du Consulat de France à Athènes. N’hésitez pas à faire fonctionner le bouche à oreille pour recueillir des avis.

 

Le suivi de grossesse

Si vous êtes enceinte à Athènes, sachez que le suivi de la grossesse n’est pas très éloigné du système français avec de rapides échographies tous les deux mois en début de grossesse puis plus rapprochées en fin de grossesse et avec deux ou trois échographies plus « techniques » réalisées chez une autre praticien spécialiste.

Les femmes qui le souhaitent peuvent bénéficier du test NIPT (Non Invasive Prenatal Testing), cher mais fiable : une simple prise de sang qui analyse l’ADN du bébé et identifie le risque de maladies génétiques, y compris les trisomies.

Les analyses sanguines ainsi que les examens courants (ex. test toxoplasmose, urine, glucose sanguin ou frottis) sont bien pris en charge par l’IKA si vous cotisez à la sécurité sociale grecque.

Etre enceinte Athenes

Alimentation pendant la grossesse en Grèce

La Feta est autorisée pendant la grossesse (ouf !). Et les fromages type Graviera s’apparentant à des fromages à pâte dure ne posent pas non plus de problème. Quant aux produits de la mer et aux viandes, ils ne sont que rarement consommés crus en Grèce. Les risques de listériose sont donc moindres. Ce qui ne dispense pas de rester vigilante.

Les risques de toxoplasmose sont par contre encore bien présents en Grèce (impossible de rater tous les chats errants…). Alors, si vous n’êtes pas immunisée, les gynécologues vous recommanderont de bien laver tous les légumes et surtout ceux à feuilles ou tiges dans plusieurs eaux et de terminer par un trait de vinaigre blanc.

 

Accouchement et séjour à la maternité en Grèce

La césarienne semble être une pratique courante en Grèce. N’hésitez pas à demander l’avis de différents médecins pour vous assurer de la nécessité d’une césarienne.

Lors de votre arrivée à la maternité, votre conjoint devra passer un « certain » temps à l’enregistrement ; il vous faudra faire le choix entre une chambre seule, à deux ou trois personnes.

Après l’accouchement, cela peut vous paraître déroutant car vous n’êtes pas grecques… mais en Grèce, par défaut, les nouveaux nés passent le plus clair de leur temps à la nurserie. Il faudra donc demander formellement si vous souhaitez que votre bébé reste le maximum de temps auprès de vous, les infirmières devant alors être appelées pour les changes de couches ou draps de lit du bébé.

Généralement, dans les maternités, vous trouverez des infirmières qui pourront communiquer avec vous en anglais si besoin. Néanmoins, elles commenceront par vous donner les explications en grec, avant de traduire si besoin.

Bebe Athenes

Les petits désagréments à la maternité

Il n’est pas rare que les visites de la famille et des amis s’enchaînent non-stop dès la naissance du bébé (vous n’êtes parfois même pas encore dans votre chambre !). Les heures officielles de visite ne sont pas vraiment respectées et votre chambre de 20 m² que vous partagez avec une autre maman (le problème ne se pose pas pour les chambres privées) accueille bientôt une dizaine de personnes avec les ballons, les peluches, tout est rose ou bleu et parfois très kitch. On ne peut plus passer, vous suffoquez parce qu’il fait trop chaud, vous voulez vous reposer… ce n’est pas possible. Soit vous en discutez avec votre voisine de chambre, soit vous prenez votre mal en patience…

 Autre désagrément : les premiers jours à la maternité, il y a des représentants commerciaux qui entrent dans votre chambre assez fréquemment pour vous vendre tel ou tel produit : chauffe biberons, stérilisateur, pèse-bébé, couches… etc. On est parfois un peu abasourdie et on reste sans  savoir quoi leur dire. En plus, toutes les explications sont en grec. Ne pas hésiter à les renvoyer si les produits ne vous intéressent pas…

 

La déclaration de naissance

Certains hôpitaux (IASO par exemple) possèdent un service de déclaration de naissance à l’intérieur de la maternité, ce qui facilite les démarches. Mieux vaut au préalable se munir d’un certificat de mariage dûment traduit en Grec par un avocat reconnu (les noms de famille doivent notamment être traduits en lettres grecques, si possible de la même manière que sur la déclaration IKA et/ou AΦM).

Avec ce certificat de naissance, votre enfant pourra par la suite être déclaré à l’Ambassade de France. Vous trouverez toutes les informations sur le site de l’Ambassade.

 

Les premiers jours avec bébé en Grèce

Les Grecs, qu’ils aient 5 ans, 10 ans, 40 ans ou 70 ans, hommes ou femmes, ADORENT les bébés !!! C’est un régal pour les jeunes mères.

Concernant les sorties, traditionnellement en Grèce, on ne sort pas le bébé de la maison avant ses 40 jours.

Ne vous étonnez pas si une personne s’approche de vous en faisant « Pfiou pfiou pfiou ». Cela peut ressembler à quelqu’un qui crache mais en fait,  lorsque les gens font cela, ils souhaitent bonne chance à votre bébé.

Enfin, l’une des plus grosses difficultés lors de la grossesse puis ensuite avec le bébé, est de trouver des endroits non-fumeurs. Même si les Grecs adorent les enfants, cela ne leur pose pas de problème de fumer devant eux. Les tavernes ne respectent généralement pas la loi et sont parfois bien enfumées.

*****

Et si vous aussi vous avez vécu une grossesse en Grèce, n’hésitez pas à partager votre expérience en laissant un commentaire au-bas de cet article.

*Les informations contenues dans cet article sont données à titre purement indicatif. 

Vous trouverez également des conseils utiles dans notre article Le plaisir de voyager enceinte en Grèce.

Laure M. avec l’aide précieuse d’Estelle et Flora

 

 

Laisser un commentaire